À propos de la rocade Nord

Rocade Nord : les débats sur le tracé continuent

Hier soir, à l’Auditorium de l’Office de Tourisme, Henri Baile, Président de Grenoble Avenir Action Projet, a invité, dans une démarche militante, la population à s’exprimer sur le projet de rocade Nord.

Selon lui, les habitants ne sont pas assez consultés sur ce sujet, dénonçant l’absence d’un référendum consultatif. Une enquête publique est toutefois ouverte jusqu’au 3 mars – dans toutes les mairies – sur le Plan de Déplacement Urbain, notamment la rocade Nord.

Hier soir, il était proposé une alternative au projet de tunnel sous la Bastille : celle d’une rocade Nord par un complexe de tunnels sous la Chartreuse, de meylan à Saint-Égrève.

L’Association Patrimoine et Développement, porteuse du projet, était là pour le présenter, assistée de techniciens experts en tunnels. Jean Cognet, architecte et responsable de la commission rocade au sein de l’association en a présenté les points forts.

Le tracé comporterait trois tunnels sous les massifs du Rachais et du Néron, d’une longueur totale d’environ 10 kilomètres, entrecoupés de courts passages aériens pour en assurer la ventilation.

Les entrées à Meylan et à Saint-Égrève permettraient de rallier aisément les autoroutes A48 et A41, et préserveraient des édifices classés monuments historiques. Et Patrimoine et Péveloppement, du fait de sa vocation de sauvegarde architecturale, envisage ce projet comme le seul véritable projet de rocade. Son tracé, oubliant les sols meubles de l’Isère, autorise également une hauteur de quatre mètres pour les tunnels contre moins de trois prévus pour le tunnel sous la Bastille, ce qui restreindrait plus l’accès des véhicules de secours et de transport. Tous les poids lourds pourraient l’emprunter et le bénéfice aux péages serait plus conséquent. Enfin le coût du chantier serait de 600 millions d’euros, c’est-à-dire de l’ordre du coût du tunnel sous la Bastille.

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier