Au plus près des adhérents

La campagne des élections internes aborde la dernière ligne droite. Le 15 novembre, les adhérents isérois de l’UMP seront appelés à désigner leurs représentants au sein des instances départementales de notre mouvement, lesquels représentants éliront le président de la fédération pour les trois prochains années.

Avec toute l’équipe de candidats qui s’inscrivent dans la démarche de Michel SAVIN (candidat à la Présidence), Sandrine BLANCO (candidate au poste de Déléguée de la quatrième circonscription), Geneviève PROSCHE (candidate au poste de Déléguée de la deuxième circonscription), Pierre ARIOLI (candidat au poste de Délégué de la cinquième circonscription), Jean-Pierre BARBIER (candidat au poste de Délégué de la septième circonscription), Julien BERAUD (candidat au poste de Délégué de la neuvième circonscription), Alain BONNET (candidat au poste de Délégué de la troisième circonscription), René VIAL (candidat au poste de Délégué de la sixième circonscription) et moi même (candidat au poste de Délégué de la première circonscription), nous avons décidé d’aller à la rencontre des adhérents, au rythme de 15 réunions organisées depuis un mois aux quatre coins du département. Cette démarche inédite tranche avec l’absence sur le terrain des candidats présentés par Alain CARIGNON. Alors que nos concurrents préfèrent s’activer dans l’ombre devant le clavier de leur ordinateur pour diffuser (souvent anonymement) leur propagande sur Internet, nous avons fait le choix du contact direct, simple, franc, transparent, avec les adhérents. Question de style…

Arrivé quasiment au terme de cette tournée du département, je me réjouis que cette initiative ait rencontré un réel succès. 20, 30, 50, voire 80 personnes, à chaque fois, ces réunions nous ont permis de présenter notre projet pour la Fédération, de dialoguer avec les militants, de recueillir leurs préoccupations et leurs attentes, de rétablir au passage quelques vérités… Beaucoup de personnes présentes ont dit avoir apprécié cette invitation, soulignant au passage que dans certaines circonscriptions, pas une rencontre avec les militants n’a été organisée depuis 6 ans.

Au-delà des querelles du passé et des traces profondes qu’elles ont laissé dans notre Mouvement, nous avons d’abord été frappé par le décalage entre le ressenti réel des adhérents et la vision idyllique que les actuels dirigeants de l’UMP 38 s’appliquent à donner en permanence. D’après ces derniers, la Fédération se porte comme un charme, il n’y a pas de problème, ceux qui osent exprimer une contradiction ne sont que de honteux diviseurs, le nombre massif d’adhérents témoigne « de la vitalité de la Fédération »…

Chacun le sait, la réalité est bien différente. Lassitude face aux échecs électoraux à répétition, écœurement face à certaines méthodes, opacité des prises de décisions, captation du pouvoir par une poignée de responsables, mobilisation des moyens de la Fédération au profit exclusif d’un seul homme et des ses amis, absence de perspectives crédibles, sectarisme et ostracisme à l’égard de ceux qui peuvent avoir une vision différente…autant de critiques qui se sont librement exprimées et qui dressent un tableau très sombre du fonctionnement de la Fédération. Nous avons aussi pu saisir à quel point certains adhérents souffraient de l’image si négative de l’UMP 38 dans l’opinion, alors que le Mouvement devrait au contraire être un motif de fierté pour tous ceux qui défendent des valeurs et des convictions.

Pour autant, il est rassurant de constater que l’enthousiasme et l’optimisme sont loin d’avoir été totalement étouffés. Nous avons mesuré les très fortes attentes liées aux élections internes du 15 novembre. Très nombreux sont ceux qui souhaitent que ce scrutin permette d’engager une nouvelle dynamique, de retrouver une nouvelle unité et de garantir un fonctionnement de la Fédération plus ouvert, plus transparent, plus collégial, et surtout plus efficace. C’est tout le sens de notre candidature.

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier