Communiqué de presse

Changer pour rassembler

COMMUNIQUE DE PRESSE

Domène, le 5 décembre 2008

Objet : référé d’Alain Carignon

Réactions de
Michel SAVIN, Henri BAILE, Geneviève PROSCHE, Alain BONNET, Sandrine BLANCO, Pierre ARIOLI, René VIAL, Jean-Pierre BARBIER, Julien BERAUD

Le 15 novembre dernier, les adhérents de l’UMP Isère ont clairement exprimé leur volonté de changement en nous accordant près de 70% des sièges au Comité départemental, Comité départemental qui est amené à élire son président.

Nous venons d’apprendre qu’un référé a été déposé auprès du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Grenoble par des candidats de Monsieur Alain Carignon, en appel de la décision de la commission nationale des recours de l’UMP.

Depuis la proclamation des résultats, les amis de Monsieur Carignon n’ont eu de cesse de nous calomnier publiquement et de colporter des rumeurs. Il s’agissait pour eux d’installer le doute sur la sincérité d’un scrutin dépouillé, contrôlé et paraphé paritairement par les assesseurs des deux parties et par l’huissier de justice mandaté par Paris pour garantir la régularité des votes.

Aujourd’hui, ces manœuvres n’ayant pas abouti, les candidats soutenus et présentés par Alain Carignon, ont donc décidé d’ester en justice, à l’exception notoire de monsieur Jean-Claude Peyrin qui a reconnu sur son blog sa défaite.

Il est inadmissible et choquant que la volonté politique des adhérents, clairement exprimée à l’occasion des élections internes, soit remise en cause au moyen d’éventuelles arguties juridiques par les candidats présentés et soutenus par monsieur Carignon.

Il est également préjudiciable à l’image de notre mouvement que de porter sur la place publique des problèmes d’organisation internes qui ont été réglés par les instances nationales de notre mouvement. Ceci d’autant plus que dans le contexte actuel de crise, les préoccupations des citoyens sont très éloignées des problématiques qui agitent notre mouvement. N’est ce pas monsieur Carignon qui, à l’occasion d’un bureau politique, invitait au mois d’octobre dernier, nous le citons, « tous les membres du mouvement, ses élus et responsables à mettre entre parenthèse les querelles subalternes pour se préoccuper exclusivement du bien public dans la période exceptionnelle que traverse notre pays » ?

Aussi, nous demandons à monsieur Alain Carignon, Président en exercice de notre fédération :

– de condamner cette démarche visant à remettre en cause les résultats du scrutin ;

– d’appeler à la raison ces candidats qui se réclament de son autorité ;

– de faire cesser les remises en cause publiques et de faire respecter le choix des adhérents afin de favoriser un retour à la sérénité au sein de notre fédération et permettre une transition politique à la hauteur des attentes des électeurs de la majorité présidentielle ;

C’est son devoir de Président. C’est aussi et surtout son obligation morale de militant.

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier