Hommage à Bernadette CADOUX

L’immeuble remarquable qui attire le regard à l’angle de la rue Nicolas-Chorier, aujourd’hui appelé immeuble de la F.O.L (Fédération des Oeuvres Laïques), était le siège des Ets JOYA qui l’avaient voulu imposant pour être la vitrine de leur entreprise. Il est aussi le lieu d’où sont parties les grandes avancées sociales du 20ième siècle. En effet, grâce à Emile ROMANET, directeur des Ets JOYA et inventeur des allocations familiales, Grenoble a acquis un rôle de pionnière dans ces avancées sociales.

C’est donc un symbole et un témoin du grand essor industriel et social de Grenoble en 1920 qui est frappé aujourd’hui d’un permis de démolir et de reconstruire, ce qui est émeut nombre de grenoblois et d’associations attachés à leur patrimoine et mobilisés pour le sauver.

Cependant :

– Lors de la modification du PLU (Plan Local d’Urbanisme) en 2007, cet immeuble a été l’objet d’une attention particulière puisqu’il y est écrit à son sujet : « Il apparaît hautement souhaitable que soient mis en œuvre tous moyens susceptibles d’éviter une démolition qui, loin de concerner seulement un intérêt particulier, ferait disparaître un élément de patrimoine architectural auquel la population grenobloise porte un attachement ».

– En février 2008, le Conseil général de l’Isère lui a attribué le label « Patrimoine de l’Isère » reconnaissant ainsi sa valeur patrimoniale. Grâce à ce label, les propriétaires du bâtiment peuvent bénéficier d’une aide s’élevant à 30% des sommes engagées pour la restauration ou la rénovation.

Mais jusqu’à ce jour, la municipalité conduite par Michel DESTOT ne s’est pas embarrassée de principes au sujet de cet immeuble et semblait prête à abandonner ce double symbole patrimonial et social à la lame des bulldozers et des pelleteuses…

Mais c’était sans compter sur la mobilisation avertie des associations et la vigilance pugnace de Bernadette CADOUX, Conseillère municipale, issue comme moi de la liste « Grenoble, c’est vous ! » très attachée à notre patrimoine, Bernadette CADOUX a été Présidente de l’Union de quartiers Centre-Gares, ardente défenseuse des valeurs de respect et de partage.

Il semblerait que les efforts conjugués des associations et de Bernadette CADOUX soient de nature à modifier le sort que Michel DESTOT et son Adjoint à l’urbanisme réservaient à la conservation de notre patrimoine… ?
Il convient avec Bernadette CADOUX de rester vigilants.

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier