L'angoisse monte à gauche

Aujourd’hui, la gauche domine l’incroyable dédale de communes, de cantons, de départements de régions, de syndicats intercommunaux.

Si elle n’a rien à proposer comme nouvelle société, si elle n’a rien à proposer pour sortir de la crise, si elle n’a aucun projet alternatif à opposer aux réformes du gouvernement, elle a au moins un confort, c’est celui de « tenir le terrain » a défaut de produire des idées et du « mieux être » pour les citoyens…

Dans ce contexte elle pousse des cris d’orfraie à propos des travaux de la commission Balladur… il y aurait dans ce texte des propositions sacrilèges, par exemple la disparition des cantons.

Combien de citoyens sont capables de définir leur canton ? Celui dans lequel ils sont inscrits ?

On sait que pour amener plus de la moitié des électeurs à choisir leurs Conseillers Général il faut faire des efforts surhumains de communication. En cas de cantonale partielle, on atteint péniblement le quart des inscrits… mais à l’idée de la suppression des cantons, l’angoisse monte à gauche.

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier