Le tango hollandais

Élu président par ruse et duperie, François HOLLANDE a fait un superbe exercice de gesticulation devant les maires de France réunis en congrès mardi 20 Novembre, Porte de Versailles, à Paris. Il a abordé à la tribune ou dans les travées, les « grands dossiers » de son quinquennat : le mariage pour tous, le droit de vote des étrangers, la réforme des rythmes scolaires…

Si les rythmes scolaires sont une vraie réflexion sur le temps de l’enfant, c’est aussi un énorme problème économique et d’organisation des familles qui doit être préparé et débattu.

S’agissant du mariage et du droit de vote, nous ne sommes pas face à un débat gauche/droite, mais véritablement devant un problème moral et d’éthique républicaine.

Le mariage pour tous ouvre en effet une réflexion fondamentale qui ne doit pas être là pour faire diversion. Il est urgent de dépasser l’émotion et de considérer la loi et le judiciaire. C’est un vrai choix de société qui n’a rien à voir avec l’homophobie. Demain, le débat ne sera pas terminé avec le vote de la loi, elle ouvrira celui de la procréation médicale assistée (PMA) et de l’autorité parentale. Dans une période cruciale sur le plan économique qui laisse craindre des risques énormes d’effondrement, il engage brutalement un projet déstabilisateur des fondements de notre société, alors qu’il aurait pu choisir d’étendre les avantages fiscaux et les pensions de réversion auxquels donne droit le mariage aux homosexuels, dans le cadre d’une « union civile « . En déclarant sans rire, que, en liberté de conscience, les maires ne voulant pas marier pourront déléguer, il ouvre l’hypothèse que la loi de la République ne s’applique pas de la même manière sur tout le territoire, dans toutes les communes… Par provocation et en raisonnant par l’absurde, peut-on imaginer qu’un maire homosexuel, en liberté de conscience, refuse de marier un couple hétérosexuel ? Si son attitude peut paraître louable dans un soucis de conciliation et d’apaisement, elle n’en reste pas moins un nouveau reniement et une grande hypocrisie sur un sujet grave qui mérite d’être réfléchi et débattu dans le calme et la sérénité.

En évoquant le droit de vote des étrangers aux élections locales, cheval de Troie du communautarisme, clientélisme révélé, il réintroduit implicitement dans son raisonnement, le suffrage censitaire qui consiste à octroyer le droit de vote aux individus, sous prétexte qu’ils paient des impôts, sans pour autant leur reconnaître ce droit a tous les scrutins… Maintes fois annoncé et promis par la gauche, ce droit ne s’appliquera pas en 2014. Effet d’annonce ? Démagogie ? La gauche aurait-elle choisi le communautarisme par calcul électoral ? chacun reste juge…

Quant à la réforme des rythmes scolaires, tout le monde aura compris que la France va fonctionner à deux vitesses. Les maires ont deux ans pour l’appliquer. Il y aura les communes qui vont l’appliquer tout de suite, les autres l’année suivante… mais bénéficieront-elles du fond d’aide de 250 000 000 d’euros ?

Si François HOLLANDE était qualifié par ses amis de « monsieur petites blagues« , ils pourront désormais l’appeler « monsieur petites reculades« .

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier