Résistances

En confiant à Edouard BALLADUR, ancien Premier Ministre, une mission d’étude sur la réforme des collectivités territoriales, le Président Nicolas SARKOZY a fait preuve de courage et de discernement. Cette réforme est majeure si l’on veut réduire les dépenses publiques et rendre efficient le système.

La période qui s’annonce, après la remise du rapport d’Edouard BALLADUR va contraindre notre Président à s’impliquer totalement auprès des élus. A droite comme à gauche, les adversaires les plus farouches de la réforme sont parmi ceux qui cumulent le plus de mandats. Plus de 220 députés et sénateurs, toutes tendances confondues, sont conseillers généraux et une trentaine d’autres conseillers régionaux.

A gauche, la réforme est vécue comme une attaque en règle contre les « contre-pouvoirs », qui se trouvent être aux mains de l’opposition. Elle dirige 52 des 102 départements et 20 des 22 régions. A droite, même si on concède que la réforme se traduirait quasi mécaniquement par un rééquilibrage en faveur de la majorité, on préfère voir supprimer le siège du voisin plutôt que le sien.

Affaire à suivre…

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier