Un gaulliste social

Haut fonctionnaire, Député des Vosges, Maire d’épinal, Ministre des Affaires Sociales et de l’Emploi, Président du RPR, Président de l’Assemblée Nationale, Premier Président de la Cour des Comptes. Philippe SEGUIN a construit son parcours personnel et professionnel au service du bien commun. Il nous a quitté ce matin du 7 janvier 2010.

Gaulliste, il avait su inventer le « séguinisme » pour conserver à l’Homme toute sa place en politique, jusqu’à être l’un des rares députés d’opposition à soutenir cette réforme emblématique de la suppression de la peine de mort par le Président François MITTERRAND. Ce sont les mêmes raisons qui le pousseront à s’engager en 1992 pour le « non » au traité de Maastricht. Fidèle à la tradition Gaulliste et attaché à l’implication de l’État dans le domaine social, il craignait déjà une Europe trop libérale.

Alors que nos amis Thaïlandais étaient victimes du Tsunami, il avait affirmé sa vision républicaine et citoyenne du bien commun des français par l’attention particulière qu’il avait su apporter en qualité de Premier Président de la Cour des Comptes, à la traçabilité et la bonne distribution des dons de nos concitoyens à travers les ONG.

Sa disparition crée, pour moi, un grand vide dans un espace politique qui aurait encore tant à méditer et apprendre des livres, des discours, des rencontres et des engagements de Philippe SEGUIN au service du bien commun et de nos concitoyens.

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier