Un grand Grenoble

Quelle que soit l’opinion que l’on porte sur un dossier, on n’a pas le droit de se réjouir d’une mauvaise nouvelle pour sa ville …la décision du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) a été une très mauvaise nouvelle qui a écarté Grenoble d’une deuxième aventure olympique possible.

La question qui se pose aujourd’hui est celle du rebond après un camouflet sans précédent pour notre ville.
La pire des erreurs serait de se lancer dans un nouveau projet de ce type sans d’abord réfléchir à l’identité de notre territoire, son organisation, ses atouts et ses faiblesses.

Deux initiatives peuvent conjuguer la nécessité de se préoccuper de la vie quotidienne des Grenoblois et le devoir d’afficher des perspectives :

1) Une programmation pluriannuelle d’investissement

A l’échelle de la ville, nous demandons la présentation, la concertation avec la population et l’adoption en Conseil Municipal d’une Programmation Pluriannuelle d’Investissements. Elle fixerait un cap et définirait des objectifs. A l’extérieur elle montrerait le Grenoble que nous voulons réaliser, auprès de la population elle pourrait fédérer sur des projets, et en ces temps de crise, elle indiquerait aux acteurs économiques le détail le plus précis possible des chantiers que nous voulons mettre en œuvre.

2) Des Etats-Généraux pour Grenoble Métropole

Alors que se profile une nouvelle organisation administrative du territoire, après la publication du rapport Balladur, et avant les projets de loi prévu pour cet automne, alors que le SCOT est en cours d’élaboration ; il est indispensable de réfléchir aux moyens de renforcer, à l’échelle du Grand Grenoble, les cohérences de nos politiques publiques. Je pense notamment, aux déplacements et au logement. Dans la compétition nationale, si c’est bien toujours là que nous voulons nous situer, Grenoble doit pouvoir prétendre au statut de grande métropole. Il appartient au Maire de Grenoble avec les trois présidents de communautés urbaines, de la Métro, du Pays Voironnais et du Grésivaudan de prendre des initiatives en la matière. Nous proposons pour cela des Etats-Généraux du Grand Grenoble qui pourraient se tenir dès le mois de juin pour réfléchir ensemble à une nouvelle organisation institutionnelle et administrative dans le cadre des réflexions nationales, qui ont lieu en ce moment, pour que Grenoble puisse continuer à faire entendre sa voix dans le concert des grandes villes de France.

La période à venir est très importante pour ce territoire.
Nous attendons du Maire de Grenoble des réponses à la hauteur de cet enjeu.

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier