Un soutien qui m'honore et me touche...

Je l’ignorais, mais dès lors que j’ai eu déposé ma candidature à la candidature auprès de la Commission Nationale d’Investiture pour conduire la liste UMP aux élections municipales de Grenoble en mars 2008, certains ont pris l’initiative de saisir A. MARLEIX, Député du Cantal, Secrétaire National aux élections au sein de notre mouvement, ainsi que différents membres de la commission d’investiture. Certains l’on fait discrètement en ouvrant l’information à des cercles restreints comme Philippe BEDOURET, Docteur de l’École Pratique des Hautes Études en histoire des idées politiques et Bruno CHEVALLET, Secrétaire Général du groupe UMP Rhône-Alpes, d’autres ont diffusé leur courrier…. C’est le cas du Docteur Françoise PARAMELLE dont j’ai toujours admiré l’honnêteté et l’indépendance d’esprit.

Sa démarche m’a touché car elle n’est pas femme réputée à s’engager à la légère. Le combat qu’elle conduit à Grenoble depuis longtemps contre la précarité et l’exclusion m’incline à la comparer à une « Simone VEIL Grenobloise ». Au risque de paraître impudique, je voudrais faire partager ce soutien qu’elle ne m’a dévoilé que ce vendredi 9 novembre à mon retour du Japon.

Courrier de Françoise PARAMELLE adressé à A. MARLEIX :

« Monsieur,
Le choix du candidat UMP pour les municipales concerne tous les Grenoblois. Beaucoup estiment, en effet, que seule une liste de rassemblement, crédible, peut battre M. DESTOT dont la politique est remise en cause dans notre ville ; nombreux sont ceux qui pensent que le seul capable de réussir ce rassemblement par l’esprit d’ouverture qu’il a démontré depuis tant d’années est H. BAILE. Ses compétences de haut fonctionnaire le rendent opérationnel immédiatement. Sa connaissance de Grenoble et des Grenoblois, les personnes de qualité qui acceptent d’œuvrer avec lui pour faire triompher nos valeurs, rendent la victoire possible. C’est pourquoi un autre choix qui pourrait être fait par votre commission d’investiture nous inquiète. L’expérience du choix fait en novembre 2000 par des politiques méconnaissant parfaitement le terrain et au mépris des sondages, assurant un 2ème mandat à M. DESTOT, nous rend vigilants.
J’en parle en connaissance de cause puisqu’à l’époque je recueillais le meilleur score de bonnes opinions (68%) devant tous les politiques de Grenoble. La présence de celle qui avait été baptisée « Madame Propre » par le journaliste du Monde contrariait sans doute certains groupes de pression, peu soucieux de l’intérêt général.

Mes activités m’ont amenée à jouer un rôle dans la plupart des domaines relevant de la politique municipale. C’est pourquoi, je m’autorise à vous demander de bien mesurer les conséquences du choix qui pourrait être fait. Les Grenoblois aiment leur ville. Ils ont le droit d’espérer que ceux qui veulent assumer des responsabilités le fassent dans l’intérêt général et aient un projet ambitieux pour notre cité.

C’est le cas de tous ceux qui reconnaissent à Henri BAILE la capacité de gérer notre Ville autrement, dans la transparence et pour répondre aux besoins des citoyens et aux défis qui se posent pour l’avenir.

Il peut incarner la rupture si nécessaire à Grenoble malgré ce que peuvent soutenir un certain nombre de courageux qui se sont tus bien longtemps contrairement à moi. En vous remerciant d’avoir pris connaissance de ce courrier et dans l’attente de sa diffusion, je vous assure mes salutations distinguées.

Françoise Paramelle
Adjointe au Maire 1983 – 1995
Conseillère Générale Grenoble V 1994 – 2001 »

Autres Billets d'humeur

Henri BAILE maire de saint-ismier