à propos des jardins familiaux

À l’invitation d’un certain nombre de résidants de la copropriété riveraine du Parc des Champs Elysées, j’ai assisté mercredi 8 juin 2005, au n° 222 cours de la Libération, à une réunion houleuse animée par Madame France CHAMECK, Maire-Adjoint…

Nous étions censés débattre d’un projet d’installation, dans le parc, de jardins familiaux… L’intention est louable, l’enthousiasme du maire-adjoint respectable, la méthode totalement inacceptable, car on ne nous a pas parlé de projet mais de décision !

Monsieur DESTOT, vous ne pouvez laisser dire « Nous avons décidé, le projet est validé »… Vous ne pouvez laisser confondre information et concertation, décision et proposition ! Vous ne pouvez, par une approche idéologique à peine voilée, organiser un affrontement entre les habitants du quartier Mistral, du Lys Rouge et ceux de la Résidence Lesdiguières ou les riverains…
Notre diversité est une richesse mais elle est aussi parfois source de craintes qui, lorsqu’elles ne sont pas dédramatisées, sont elles-mêmes source d’incompréhension, voire d’affrontements…

Vous ne pouvez pas opposer les Grenoblois aux Grenoblois et orchestrer le désenchantement de la démocratie. Vous ne pouvez pas mettre les uns et les autres au défi de se comprendre et prendre le risque de meurtrir.

Aujourd’hui, les habitants de la résidence Lesdiguières et les riverains vous disent NON ! Sachez les entendre et les écouter… Ils sont les premiers à souhaiter une ville pour tous, un vivre ensemble respectueux de chacun mais, pétris de bon sens, ils doutent de la générosité candide… N’opposez pas leur qualité de vie aux utopies. N’opposez pas la force au dialogue.

Il est raisonnable d’ouvrir une vraie concertation et de savoir écouter…

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Lettres

Henri BAILE maire de saint-ismier