Au fil de la presse

Reprises de quelques articles parus dans la presse

Lu dans les Échos, quotidien de l’économie
7 décembre 2004

La gestion des grandes villes françaises passée au crible sur la base d’un « indice de gouvernance » fondé exclusivement sur les données contenues dans les budgets primitifs municipaux et les comptes administratifs 2003 fait apparaître un classement de zéro à vingt… Les bonnes élèves sont rares ; elles ne sont que sept : METZ, NICE, NÎMES, ROUEN, TOULON, TOULOUSE, et VILLEURBANNE, à avoir décroché une note comprise entre 12 et 14 sur 20. STRASBOURG partage « le fond de la classe » avec GRENOBLE qui n’atteint pas la note de 9 sur 20 !…

Lu dans La Lettre du Cadre Territorial
n°289, février 2005

À GRENOBLE, en terme de satellites, on a marché sur la lune… la ville qui compte environ 3 000 salariés comprend 14 satellites importants, sans compter un bon millier d’associations subventionnées. Le Centre Communal d’Action Sociale, à lui seul, représente 1 300 salariés. Les 13 autres satellites, pour l’essentiel des S.E.M, des Régies et des organismes de logement social, comptent au total 1 050 salariés. La ville de GRENOBLE gère le gaz, l’électricité et peut être bien des usines à gaz ? Difficile de s’y retrouver dans la maquis des « holdings » municipales… sans parler de l’intercommunalité… On comprend pourquoi les dossiers piétinent…

Lu dans le mensuel Lyon Mag
février 2005

Le budget de la mairie de Grenoble « fêtes et cérémonies » a augmenté de 48 % en 2004. Il est actuellement de
1 039 344 euros, soit 2 487 euros par jour (16 300 francs !). Monsieur DESTOT pousse même la générosité jusqu’à inviter pour une soirée ceux qui ont organisé la soirée des vœux du maire… Qui va inviter ceux qui ont invité ?

Le Bal des Hypocrites

Il est facile de faire des promesses, ensuite il faut affronter la réalité… Les Présidents des Régions de gauche, en première année de mandat, tentent de se constituer une belle cagnotte fiscale, en essayant de faire porter le chapeau à la décentralisation. On est entré dans le « bal des hypocrites », on augmente les trains de vie, donc on décide la hausse des impôts.

Ainsi, la région Rhône-Alpes augmente ses dépenses de fonctionnement de 6,6 % en les passant à 941 millions d’euros ! Certains disent que c’est « l’explosion de la propagande » ; en effet, la ligne « information et promotion des politiques » voit une augmentation de plus de 30 %, pour atteindre quatre millions cinq cent mille euros ! C’est une hausse de 70 % avec la « démocratie participative » sur le volet communication… le dialogue n’a pas de prix !

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Lettres

Henri BAILE maire de saint-ismier