Sur l'air des lampions

En pleine crise économique, alors que le chômage bondit, Michel DESTOT Député-Maire et Geneviève FIORASO, Adjointe au Maire et Député de la 1re circonscription ont augmenté les impôts locaux 2009, hissant Grenoble au palmarès des villes pour la hausse de la taxe d’habitation ! Ce qui se traduira par une perte de pouvoir d’achat pour de nombreux ménages…

Grenoble se trouve aujourd’hui parmi les villes qui ont le plus augmenté, à la fois la taxe foncière payée par les propriétaires et la taxe d’habitation acquittée par les locataires et les propriétaires occupants.

Pour ces deux impôts la hausse est en moyenne de 193 euros… Comme si les revenus des administrés croissaient au même rythme.

Loin des envolées lyriques qu’avaient ponctuées leurs adresses aux électeurs de Grenoble ou ceux de la 3e et 1re circonscription, pendant leurs campagnes municipales et législatives, Geneviève FIORASO et Michel DESTOT livrent aujourd’hui un discours qui vise à accuser les autres ou dénoncer la conjoncture économique pour s’exonérer de leurs responsabilités, masquer leur manque d’anticipation des événements et l’abandon de leurs engagements sur le pouvoir d’achat…

Ils tentent de motiver leur décision par la baisse des droits de mutation, la hausse des frais financiers et les désengagements de l’État.

Ils oublient que :

  • 1 – L’État compense intégralement les transferts de charges.
  • 2 – Pendant les huit années de hausse des prix des logements, la ville a engrangé des millions d’euros en « excédent ».
  • 3 -Si les frais financiers accusent aujourd’hui une hausse, ils étaient plus bas ces dernières années. Les opportunités ne manquaient donc pas de renégocier la dette en prévision de l’avenir…

Une bonne gestion et le bon sens auraient imposé de maîtriser les dérapages des effectifs, les frais de communication et de protocole, d’arrêter les doublons d’activité avec la métro dont Geneviève FIORASO est par ailleurs première vice-présidente, car ils se traduisent par une inflation des dépenses.

Plutôt que de chercher de nouvelles recettes en augmentant la fiscalité des grenoblois ils pouvaient s’interroger sur les économies à proposer pour équilibrer le budget !

Évidemment il est plus simple d’accuser les autres de tous les maux, de se poser en chantre de l’innovation en chantant « tout va très bien Madame la Marquise » sur l’air des lampions… mais pour nous, entre l’augmentation de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères et celle de la taxe foncière et de la taxe d’habitation, tout ne « va pas si bien Madame la Marquise ».

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Lettres

Henri BAILE maire de saint-ismier