Balade ou ballade ?

Ce samedi 24 février, les habitants des quartiers Capuche, Reynies, les Granges, avaient rendez-vous à 10 heures devant le centre social de la Capuche, 58 rue Stalingrad, pour une balade urbaine

Ce samedi 24 février, les habitants des quartiers Capuche, Reynies, les Granges, avaient rendez-vous à 10 heures devant le centre social de la Capuche, 58 rue Stalingrad, pour une balade urbaine conduite par Jean-Filippe MOTTE, maire-adjoint chargé de la coordination des secteurs et de la politique de la Ville, et Jacques CHIRON, maire-adjoint en charge des déplacements et des espaces publics, en présence de sociologues, urbanistes et architectes, animateurs de cette déambulation. Il manquait Pierre KERMEN, Maire Adjoint en charge de l’urbanisme et de l’environnement?

L’idée de la municipalité de Michel DESTOT est d’engager une concertation avec les habitants dans le cadre du futur aménagement de la ZAC FLAUBERT dont le périmètre d’étude recouvre tout ou partie des quartiers CAPUCHE, REYNIES, LES GRANGES, ALLIES-ALPINS, CLOS D’OR et FLAUBERT, conformément aux orientations du P. L. U. afin de «garantir les contraintes paysagères et la cohérence des formes urbaines dans l’aménagement et la restructuration des espaces publics et privés, notamment des voies structurantes telles que la rue des Alliés et la rue de Stalingrad ».

La méthode de la balade est moins austère qu’une réunion autour d’une table. Pour autant, même si une balade est un exercice sympathique, elle appelle des engagements écrits du politique car la langue française est riche : balade et ballade se prononcent de la même manière, mais ne recouvrent pas les mêmes réalités…

Entre la « langue de bois », le discours idéalisé d’un « urbanisme à visage humain », la réduction récente ded deux à une fois par semaine de la collecte des déchets verts rue DROUOT, rue CHARCOT, rue FRANKLIN et rue CHATEAUBRIAND, chacun est en droit de craindre d’être « baladé »… La probabilité est forte de voir la « balade-promenade » se transformer en « ballade-chanson ».

C’est pourquoi, sur un projet aussi important que la ZAC, à des questions précises, il doit y avoir des réponses précises de la part de Michel DESTOT, Député-Maire :

  • Quelle est l’articulation de la ZAC Flaubert avec le quartier des Granges ?
  • Quelles sont les conséquences de cette ZAC sur les rues Chateaubriand, Charcot, Drouot, Louvois, et Franklin en termes de circulation automobile ?
  • Est-il prévu de créer une rue pour relier la rue Louvois à la rue Mangin sur l’emprise de deux maisons existantes ?
    Quelle est la décision de la ville en ce qui concerne le stationnement payant dans ces rues, à quelle date celui-ci serait-il mis en place ?
  • Quel est le nombre de logements et de logements sociaux prévus sur la ZAC Flaubert et combien de logements sociaux existent sur cette zone à ce jour ?
  • Quelle hauteur maximum des immeubles est envisagée, est-il exact que le projet prévoit la réalisation d’une tour ?

Autant de questions qui ne peuvent se satisfaire d’une réponse en forme de balade au risque de voir un jour la « promenade » se transformer en « mauvaise chanson ».

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Lettres

Henri BAILE maire de saint-ismier