Bastille ou Chartreuse

L’Association Patrimoine et Développement, Comité de Sauvegarde du Vieux Grenoble, sis 10 rue Chenoise 38000 Grenoble, existe depuis 40 ans.

Elle travaille très sérieusement sur l’opportunité et la localisation de la Rocade Nord de Grenoble. Il lui est apparu assez vite que le projet, actuellement à ‘étude par les services de la D.D.E et le bureau C.E.T.E est déjà dépassé. Il a été établi sur le Plan Directeur Bernard de 1964, à l’époque où L’agglomération de Grenoble se développait dans le sud de la ville…

Quarante ans après, les données sont absolument différentes et le tracé initial se trouve être ainsi au cœur de la ville. Il va nécessiter des travaux souterrains dans la nappe phréatique, dans un secteur sensible et passer à proximité d’ensembles urbains architecturaux et patrimoniaux de la plus grande qualité.

L’association a réuni un groupe de techniciens comprenant deux Ingénieurs Généraux des Ponts et Chaussées en retraite, des ingénieurs, des architectes, des urbanistes, des membres d’Associations du Patrimoine, des membres des Unions de Quartiers, pour élaborer des propositions adaptées à l’urbanisme actuel.
Elle a étudié une variante de la Rocade Nord de ‘agglomération grenobloise et propose un tracé plus fonctionnel assurant la liaison des deux branches EST et OUEST de la vallée de l’Isère, dans le cadre de l’Y grenoblois, passant en tunnel sous la Chartreuse.

Elle a présenté cette hypothèse alternative et un chiffrage. Sa proposition, curieusement, ne suscite aucun enthousiasme chez les élus politiques au prétexte que le « dossier tunnel sous la Bastille » figure dans le P.D.U (Plan de Déplacement Urbain) qui a été voté…

Cet argument est-il suffisant pour cautionner un tracé « sous la Bastille » et des solutions techniques élaborés sans débat dont on ne connaît même pas le calendrier de réalisation ?Cette attitude interroge…

Ce n’est pas en pliant à la routine administrative ni en se comportant en chambre d’enregistrement que les élites conforteront leur place dans notre démocratie.

« Je crois qu’un bon citoyen doit préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent » affirmait Démosthène.

La condition première de la liberté consiste, pour les citoyens comme pour les dirigeants, à affronter les faits, si durs fussent-ils, plutôt qu’à cultiver les promesses flatteuses qui entretiennent la confusion entre ce qui est et ce que l’on désirerait qui fût…
À ce titre, la question du Tunnel mérite d’être enfin posée en termes d’options, de calendrier, de coût et de maîtrise d’ouvrage, d’être portée à la connaissance de tous les Grenoblois, ce que n’ont jamais voulu faire MM DESTOT, VALLINI et MIGAUD.

Dès avril 2001 nous étions quelques uns à créer G.A.A.P (Grenoble Avenir Action Projets) et à demander un REFERENDUM au sujet du tunnel… La question est plus que jamais à l’ordre du jour

parce que sa réalisation est urgente, parce que les Grenoblois ont le droit à l’information, parce que les Grenoblois ont le droit de choisir comme ce fut le cas, en son temps, avec le référendum sur la première ligne de tramway.

Avant qu’il ne soit trop tard donnons la parole aux Grenoblois.

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Lettres

Henri BAILE maire de saint-ismier