Le lapin du chapeau

C’est l’usage, les débuts d’année sont propices aux résolutions… La vie politique n’échappe pas à cette règle.

Les cérémonies des vœux qui se sont achevées à l’hôtel de ville, à l’hôtel du département, à l’hôtel de l’agglomération dessinent des postures. Alors que l’on s’est évertué à sanctuariser 2006 pour faire oublier les mauvaises nouvelles de 2005, les échanges de souhaits convenus, amusés ou aigre-doux, ont révélé les stratégies… mais ne suffisent pas à faire oublier la réalité…

Chaque année, en effet, les enjeux de l’année à venir s’alourdissent de ce qui n’a pas été envisagé avec assez de courage et réglé les années précédentes ! À Grenoble, les problèmes de la circulation et du tunnel en sont la triste et cruelle illustration.

Peut-on formuler le vœu que 2006 soit enfin l’année de la fin des doubles discours ? L’année des décisions pour les élus socialistes, André VALLINI, Président du Conseil Général, Didier MIGAUD, Président de la Métro, Michel DESTOT, Maire de Grenoble :

  • de se mettre d’accord pour, ensemble, conduire le projet de rocade Nord
  • de respecter le P.D.U qu’ils ont fait voter et dont le tunnel est un élément essentiel de cesser de sacrifier l’intérêt général, l’avenir de Grenoble et de son agglomération à une alliance électorale stérile de ne plus jouer à sortir des lapins du chapeau en annonçant de nouvelles études pour gagner du temps d’engager une véritable concertation des Grenoblois
  • d’expliquer à leurs amis Verts qu’une ville et une agglomération qui perdent leurs entreprises sont des espaces qui meurent

Un sondage récent, rapporté par le Dauphiné Libéré, dans son édition du 10 janvier 2006, portant sur les conditions de circulation dans l’agglomération grenobloise, réalisé auprès d’un millier de chefs d’entreprise par le MEDEF Isère, le BTP 38, l’UDIEC et le GIP – SE vient d’éclaircir la situation :

  • 100 % des entreprises estiment que les conditions d’accès et de circulation au sein de l’agglomération ne sont pas satisfaisantes.
  • 7 % estiment que ces conditions peuvent avoir un impact sur leurs décisions actuelles et futures en terme d’investissement, de choix d’implantation et de recrutement.
  • 26 % orientent déjà leurs recrutements en fonction du lieu d’habitation des candidats.
  • 12 % souhaitent développer des projets d’extension ailleurs qu’à Grenoble.

Au total, 92 % des interviewés « ne souhaitent plus investir sur l’agglomération, s’y développer ou envisagent d’en partir à court ou moyen terme ».

Monsieur DESTOT, il est urgent d’expliquer à « vos amis », tous vos amis, que le tunnel est une nécessité, que Grenoble souffre, que les Grenoblois veulent être consultés sur ce choix.

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Lettres

Henri BAILE maire de saint-ismier