Plus vite, plus haut, plus fort...

Lequel parmi nous peut se vanter de n’avoir jamais été le citoyen qui s’habille ou consomme « made in China » ? Lequel parmi nous peut se vanter de n’avoir jamais oublié, à l’étale, les Tibétains et les droits de l’homme ?

Aucun d’entre nous ne peut cependant ignorer la répression sanglante des émeutes à Lhassa qui ont mis fin, de manière éclatante, aux années d’effort de quête de respectabilité du régime de Pékin… Aucun d’entre nous ne peut plus oublier ces images de Paris sous surveillance de 3 000 policiers et ce commissaire chinois qui éteint la flamme olympique dans les mains d’un David DOUILLET interloqué…

Non, ce n’était pas une erreur de donner les jeux à un milliard trois cent millions habitants ;
Non, il n’appartient pas aux athlètes de se substituer aux hommes politiques.

Au moment où tout le monde semble se réveiller, à quelques mois des Jeux, nous devons réaffirmer qu’il n’a jamais été question que l’on puisse organiser les Jeux Olympiques comme si de rien n’était, permettant ainsi qu’ils servent au pouvoir chinois à renforcer son régime. Notre silence serait une défaite de nos valeurs, de nos principes, dont nous paierions très cher les conséquences.

Tout ne se règle pas par l’argent. Rien ne doit pouvoir se régler par la répression. La foi de Pékin dans la technicité, dans la sophistication du système de censure et de répression, dans la nature cynique de l’humanité, dans la croissance économique vantée comme modèle de société a échoué devant la culture. Il faut confirmer cet échec.

Ville olympique, ville Compagnon de la Libération, l’année du deux cent vingtième anniversaire de la Journée des Tuiles qui a vu naître sur ses terres la révolution de 1789, Grenoble par la voix de son conseil municipal se doit de sceller un acte signifiant au regard de ces évènements.

La ville candidate aux jeux olympiques de 2018, qui a accueilli le Dalaï Lama les 28 et 29 octobre 1993, a le devoir d’appeler au respect du peuple Tibétain et décliner la devise olympique « Plus vite, Plus haut, Plus fort »

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Lettres

Henri BAILE maire de saint-ismier