Projet d'agglomération

En 2003, la METRO avait voté le Projet d’Agglomération. Grenoble y apparaissait comme timorée. Or, la ville centre doit être insolente et généreuse, réinvestir le champ des idées à l’image de son histoire. Nous devons retrouver le VRAI GRENOBLE ! Un Grenoble qui affirme des choix et préside au développement de l’agglomération.

À l’heure où le projet d’agglomération doit être réactualisé par la METRO, il convient de rester vigilant et veiller à ce que notre ville soit écoutée dans le concert des communes sur des thèmes aussi fondamentaux que :

  • Le logement : dans le cadre d’une politique de la ville et de rénovation urbaine à l’échelle de l’agglomération, sans densifier les quartiers par dogmatisme ou choix idéologiques ;
  • Le transport : par des choix de déplacement respectueux des réalités de la cuvette et des besoins des habitants ;
  • L’économie : par des propositions de formation, des arbitrages fiscaux et des propositions foncières qui favorisent la diversification et évitent la spécialisation excessive dans certaines filières ;
  • L’environnement : par une prise en compte de la qualité environnementale déclinée dans toutes ses compétences, affirmée comme une éthique et non pas une politique, car Grenoble doit tenir un rôle singulier au service de ce nouvel humanisme ;
  • Le sport et la culture : par une présence harmonieuse des lieux de pratique sur le territoire, un schéma directeur, une véritable écoute des acteurs et une volonté affirmée de transférer le sport spectacle à la METRO afin de permettre aux communes de s’investir aux côtés des clubs et associations dans leurs missions éducatives ;
  • La productivité : par une clarification des différentes compétences entre la communauté d’agglomération et les communes afin d’éviter doublons et dépenses publiques improductives.

Tous ces thèmes ont été débattus. Ils ont fait l’objet de propositions dans le cadre du Forum Citoyen pour l’Alternance que j’anime depuis mai 2006.

Ceux qui s’intéressent aux scrutins grenoblois de mars prochain au-delà des processus internes de désignation des candidats par les partis politiques, devraient faire abstraction des intérêts boutiquiers et s’attacher à rassembler des personnalités diverses dans une équipe cohérente, trouver un équilibre entre les générations, les expériences, les compétences.

Pour écrire un PROJET PARTAGÉ…

C’est notre devoir en effet d’ouvrir les yeux sur une ville gérée aujourd’hui par un Député Maire dont l’équipe politique est désorganisée, incohérente, souvent paradoxale dans ses choix. Une ville abandonnée aux tags, où le visiteur automobiliste est traqué, où la démocratie locale agonise sous le poids de la propagande…

C’est notre devoir d’ouvrir les yeux sur cette réalité, de dépasser le manque d’imagination, fendre la carapace de nos égoïsmes. On ne gagne pas la bataille des idées en évoquant simplement « une ville possible », par des formules incantatoires, mais en luttant pour écrire la réalité dans l’action. C’est mon choix.

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Lettres

Henri BAILE maire de saint-ismier