Sécurité

Michèle ALLIOT-MARIE, Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des collectivités territoriales, a installé vendredi 9 novembre 2007 la Commission Nationale de la vidéosurveillance, présidée par Alain BAUER et composée de parlementaires, représentant des communes et des maires de France, des Barreaux, des entreprises de sécurité, des chambres de commerce, et des directeurs d’administration centrale.

Cette Commission est un organisme consultatif chargé de donner son avis au Ministre de l’Intérieur sur les évolutions techniques et les principes d’emploi des systèmes concourant à la vidéosurveillance. Pouvant également être saisie par le Ministre de toute question relative à la vidéosurveillance, la Commission Nationale pourra faire des suggestions pour améliorer le fonctionnement des commissions départementales dans un souci de protection des libertés et de renforcement des droits de la personne dans le cadre de la vidéosurveillance.

L’action de cette commission est essentielle, car, même si 78 % des Français sont favorables à la vidéosurveillance, il est impératif que son développement se fasse dans le souci constant du respect des libertés publiques.

Aujourd’hui, plus de 400 villes sont équipées de caméras de vidéosurveillance. Et s’il fut une période où Grenoble était en tête des villes qui gagnent devant Montpellier, Toulouse ou Strasbourg, je crains que ce ne soit pas le cas aujourd’hui, y compris en matière de sécurité.

À considérer l’ensemble des arrêtés pris par Michel DESTOT pour permettre à la ville de Grenoble d’intervenir dans des procédures judiciaires à la suite de dépôts de plaintes d’agents communaux victimes d’agressions dans l’exercice de leur fonction, il y a de quoi s’interroger…

En effet, entre le 1er mai et le 29 juin de cette année, soit simplement sur 2 mois, on ne compte pas moins de 15 procédures avec dépôts de plaintes concernant 19 agents communaux.

À considérer quotidiennement les pages de la presse locale qui rapportent les innombrables agressions dont sont victimes nos concitoyens, on est en droit de s’interroger pour savoir quelles sont les priorités de Michel DESTOT en terme de gestion de la ville.

À considérer la peur dans laquelle vivent nos commerçants de voir leurs magasins dévalisés en une nuit, nous ne pouvons rester insensibles. Il me paraît nécessaire que Grenoble s’engage à suivre le plan national d’action de développement de la vidéo protection pour améliorer concrètement la sécurité des Grenoblois dans leur vie quotidienne et augmenter le taux d’élucidation des affaires par les services de police.

Il me paraît nécessaire que Grenoble s’engage à suivre le plan national d’action de développement de la vidéo protection pour améliorer concrètement la sécurité des Grenoblois dans leur vie quotidienne et augmenter le taux d’élucidation des affaires par les services de police.

Henri BAILE
Mairie de Saint-Ismier
Seul le prononcé fait foi

Autres Lettres

Henri BAILE maire de saint-ismier