Discours des vœux pour la nouvelle année

Il est d’usage, lors d’une cérémonie des vœux, de faire le bilan de l’année qui vient de s’achever et de tracer les perspectives de celle qui s’ouvre.

J’ai choisi de sacrifier à cette règle, ni par paresse, ni par conformisme, mais tout simplement parce que je crois qu’il est bon de savoir se remémorer les rencontres ou évènements importants qui ont jalonné l’année écoulée. Ils façonnent notre mémoire collective, construisent le lien social. Ils pigmentent le vivre ensemble. Ils influencent aussi les choix de l’année qui s’annonce.

J’ai retenu trois faits marquants de l’année 2014.
Ils illustrent pour moi des temps forts, sans pour autant gommer les joies ou les peines du quotidien que chacune ou chacun d’entre nous aura gardé en mémoire.

Le premier évènement de l’année 2014 que je retiens, nous l’avons partagé démocratiquement.
Certes, nous l’avons vécu d’une façon différente selon le choix des bulletins que nous avons mis dans l’urne les dimanches 23 et 30 Mars… Mais pour moi, il se cristallise en émotion et en prise de responsabilité le dimanche 5 Avril, lorsque Claude RICHARD, le doyen du conseil municipal, m’a ceint de l’écharpe tricolore. J’ai toujours été sensible aux trois couleurs de notre drapeau, mais ce jour-là, elles sont venues m’habiter en gravité. Elles ont pris une autre signification.

Je veux aujourd’hui profiter de cette tribune pour remercier à nouveau celles et ceux qui ont fait confiance aux femmes et aux hommes qui m’accompagnent aujourd’hui dans la tâche. Je veux remercier celles et ceux qui ont cru en la sincérité de nos propos et en notre choix de fusion de deux listes.

Je veux redire à tous que nous sommes désormais unis, à l’écoute et au service de chacune et chacun d’entre vous. Je veux aussi rassurer les sceptiques qui pensent, comme l’évoque malicieusement André MALRAUX que « le génie du politicien, c’est de contourner l’obstacle »…

Les obstacles, j’ai choisi de les affronter collectivement, par l’échange des idées, l’addition des savoir-faire et des expériences. Je pense en effet que les gens raisonnables peuvent gouverner ensemble et laisser à leurs querelles ceux dont l’égo excessif occulte les réalités du monde et les véritables enjeux.

Le débat gauche/droite qui structure encore la vie politique au niveau national doit céder la place au niveau local à l’intelligence, au bon sens et à la raison. L’intérêt général et la démocratie ne peuvent se résumer à des affrontements stériles.

À ce jour, je suis fier et heureux de pouvoir débattre sereinement et partager les décisions qui engagent notre commune avec l’ensemble des élus issus des trois listes. Je veux publiquement les remercier et rendre hommage à leur engagement. Je formule le vœu qu’il en soit toujours ainsi, au fil de l’année 2015.

Le deuxième événement de l’année 2014 que je retiens est plus douloureux.
Il est survenu la nuit du 15 au 16 Août.Il a affecté une famille d’entrepreneurs. Il a détruit totalement un patrimoine municipal. Votre patrimoine. Il nous a privés de rencontres chaleureuses et conviviales. Il a réduit en cendres un lieu qui nourrit le passé et les souvenirs de beaucoup d’entre nous.
Il a aussi failli diviser notre communauté.

Au regard de ce deuxième événement, je veux également rassurer les sceptiques. Jamais les pétitions ou les manipulations d’opinion ne me conduiront à trahir le droit qui régit notre république.
Seul l’intérêt général motive mon engagement et je suis fier qu’en la circonstance le conseil municipal soit resté solidaire. Aujourd’hui, un groupe d’élus issu des trois listes est au travail pour écrire un projet. Un homme de l’art a été désigné pour chiffrer un programme, ça s’appelle d’ailleurs un programmiste… Un concours d’architectes va être organisé. Le dossier avance à son rythme, celui des compagnies d’assurances et des règles de droit.

Je formule le vœu que l’année 2015 soit celle du début de la reconstruction de ce lieu de vie aux abords de la RD 1090.

Le troisième événement de cette fin d’année 2014 que j’ai voulu retenir est fondamentalement politique.
Il s’agit de la session parlementaire qui s’est achevée par l’adoption définitive de plusieurs textes importants. Faute d’accord avec le Sénat, les députés ont adopté leur version de la loi de finances pour l’année 2015, la loi de programmation des finances publiques pour les années 2014-2019 et la loi de finances rectificative pour 2014. Cette version entérine le reflux des ressources des collectivités territoriales et les difficultés que cela engendre.

Je n’en parlerai pas aujourd’hui.
Nous l’aborderons ensemble le vendredi 13 Mars, dans cette salle, au cours de la présentation du budget 2015 de la commune à laquelle vous êtes tous conviés.

En l’attente, je formule le vœu que collectivement, pour préparer le budget 2015, nous sachions faire nôtre cet aphorisme de Winston CHURCHILL « un optimiste voit une opportunité dans chaque difficulté ».

En marge de ces trois événements, je veux évoquer également le groupe de travail qui a été mis en place lors de l’un des derniers conseils municipaux de 2014. Il aura à travailler en concertation avec certains de vos représentants à une modification du PLU, particulièrement sur la zone ISIPARC et la RD 1090 afin d’essayer de pondérer les règles d’urbanisme votées en 2012 et les effets de la loi ALUR défendue en son temps par Cécile DUFLOT ministre du logement et de l’égalité des territoires.

L’année 2015 est maintenant là depuis vingt-deux jours. Elle nous vaut le plaisir de la rencontre de ce soir.

Je m’en réjouis.

Par respect pour les membres du conseil municipal, je n’évoquerai pas ce soir les projets 2015 de la commune, car ils procèdent du Débat d’Orientation Budgétaire qui doit avoir lieu le vendredi 6 Mars en séance publique.
Je ne veux ni déflorer les propositions, ni anticiper sur les choix d’investissement. Nous vous les présenterons le 13 Mars, lorsque ceux-ci auront été tranchés.

Il est en revanche un sujet que je me dois d’aborder car il nous habite tous. Après le champagne et les feux d’artifice de la nuit de la Saint Sylvestre, la nouvelle année a malheureusement commencé tragiquement par une humiliation de notre humanité. Trop en parler revient à offrir une tribune aux fanatiques.
Ne pas en parler serait pire que tout, car les peurs véhiculées par les extrêmes se nourrissent de nos silences. Ne pas en parler serait faire offense aux morts et à la Nation.

17 innocents ont été assassinés, victimes de l’obscurantisme et de la barbarie.

C’est la France comme civilisation qui a été atteinte. La France de l’intelligence spirituelle qui porte le fer et le feu des mots : celle d’Alexis de TOCQUEVILLE, de VOLTAIRE ou de MONTESQUIEU.

Après le temps du sang, après le temps des larmes, après le temps de l’émotion et des queues devant les kiosques pour acheter Charlie Hebdo, doit s’ouvrir le temps de l’action.
La levée en masse contre la barbarie dans toutes les villes de France était indispensable. Cependant, elle ne fait pas une politique. Lorsque l’histoire se répète, il devient urgent de rallumer l’imagination et d’armer le courage.

Je formule le vœu que l’année 2015 soit celle de l’action. Celle de la fin de la démagogie. La fin du grand écart entre les mots et les actes. La fin des promesses sans lendemain. Je formule le vœu que sans haine, dans le respect des valeurs de la démocratie, nous sachions ouvrir les yeux et rompre avec l’angélisme et le déni.

En réaction à ces événements, la Nation vient de montrer que la République appartient à tous. Quelles que soient nos croyances ou nos origines, ensemble, si nous le voulons, tout devient possible.

Ici, à Saint-Ismier, nous avons la chance de vivre dans un environnement agréable. Nous avons la chance d’habiter un lieu extraordinaire. Sachons en jouir fraternellement. Déclinons notre village sur tous les modes du bien vivre ensemble :

Celui de l’écoute
Celui du respect
Celui du partage

Quelles que soient nos opinions, quels que soient nos désaccords, restons attentifs les uns aux autres. Ne soyons pas une humanité hors sol, sans transcendance, sans intériorité, sans refuge sentimental, ne soyons pas un simple agrégat d’individus.

Cultivons la bienveillance.
Mais Saint-Ismier ne peut pas être un village gaulois qui ignore le reste du monde et vit replié sur lui-même, en marge des réalités. Prenons notre part de responsabilité, chacun ou nous sommes, qui que nous soyons… Soyons des citoyens engagés.

L’année 2015, plus que toutes les autres, annonce la rigueur dans la gestion des collectivités publiques.
Alors, ensemble, transformons les contraintes en opportunités, car les réformes structurelles sont inévitables, aussi bien pour l’Etat que pour les collectivités territoriales. Il n’est plus possible de marchander avec les nécessités.

L’année 2015 est celle de la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris.
Alors, soyons inventifs, collaboratifs et solidaires afin que nos enfants puissent encore voir des icebergs et des ours blancs sur la banquise. Militons pour que l’année nouvelle fasse prendre conscience à tous que l’échec scolaire, le chômage et l’exclusion sont aussi le terreau de la délinquance, de la radicalisation et du passage à l’acte.

Veillons à ce que l’école de la république reste le lieu de transmission du savoir et des valeurs.
L’éducation, ce n’est pas seulement remplir un vase, c’est aussi allumer une flamme, Ce n’est pas uniquement apprendre à lire et à écrire, ou à utiliser des outils informatiques, c’est aussi l’autorité, c’est aussi former un être humain dans sa tête et dans son cœur, c’est l’éduquer à la bienveillance.

En dépit des nouvelles technologies, nous sommes tous devenus, plus ou moins étrangers les uns aux autres. Essayons d’être plus inventifs dans la recherche d’un art de vivre qui nous conduise à être pleinement attentifs aux autres. Cultivons l’altérité.

Entretenons la fierté d’appartenance à une république et le partage du bien commun au travers desquels une collectivité s’engage et prospère. Gardons-nous que les égoïsmes ne fassent oublier la devise de Liberté, Egalité, Fraternité, inscrite aux frontons de nos mairies et conjuguons la avec « Laïcité ».
La démocratie et l’état de droit sont nullement providentiels. Ils sont le résultat de très longs combats sur tous les fronts : militaire parfois, mais surtout éthique, culturel, symbolique, éducationnel, social, politique et économique. C’est une bataille de la liberté contre la terreur, l’obscurantisme et la démagogie.

L’année 2015 nous donne rendez-vous aux urnes par deux fois :
– La première pour désigner nos conseillers généraux en Mars
– La seconde pour désigner nos conseillers régionaux en décembre.
Veillons à ce que ni l’angélisme, ni le frisson identitaire ne viennent anesthésier le débat public et pervertir nos choix dans ces scrutins.

Pour conclure, puisque le début de l’année 2015 est aussi celui de l’échange des vœux. J’adresse à chacune et chacun d’entre vous, au nom de l’ensemble des membres du conseil municipal et en mon nom personnel, nos vœux les plus chaleureux de belle, de bonne et heureuse année 2015.

Bonne année à tous !
Je vous remercie.

Henri BAILE
Seul le prononcé fait foi

Henri BAILE maire de saint-ismier